Illustration de l'article
Actualités
Blog
Archive 9ᵉArt
par Gumpy - le 26/10/2013
Partager :
par Gumpy - le 26/10/2013

[Gumpy's Chronicles #001] Du cuir, des zombies, un multiverse et l'espace.

Salut à tous !

Je rêve d’une plateforme pour exprimer mon opinion sur les séries télés, les films et les comics depuis un moment, et 9ème art l’a fait. Je ne peux donc pas passer à côté de cette occasion et me voilà avec un blog sur le site.

Le contenu sera très simple, chaque semaine j’effectuerai une review, avec spoilers, de trois séries télé en rapport avec le monde des comics : Agents of S.H.I.E.L.D., Arrow et The Walking Dead. Je complèterai le tout avec une review sur une des sorties de la semaine chez D.C. Comics pour éventuellement conclure sur une petite fantaisie en plus. Game on, cocksuckers.

TV SERIES REVIEW OF THE WEEK.

I. Agents of S.H.I.E.L.D. : Du mieux chez l’Agent Coulson.

Dire que la série a complètement loupé son démarrage est un doux euphémisme. Après quatre épisodes où le seul intérêt était la petite frimousse de Chloe Bennet, je n’attendais déjà plus grand-chose de l’épisode cinq tant la série qui semble être retombée aussi vite qu’un soufflé.

Et pourtant, j’ai été agréablement surpris. Le cinquième épisode des aventures des agents du S.H.I.E.L.D., sans être exceptionnel, se révèle être l’épisode le plus solide depuis le lancement de la série (En même temps ce n’est pas bien difficile).

Le scénario se révèle intéressant, surfant sur la vague Extremis aperçue dans Iron Man 3. Le méchant de l’épisode bénéficie enfin d’un développement qui vaut le coup, en plus de faire avancer l’histoire qui se déroule pour le moment dans l’ombre avec un (ou plutôt une !) inconnu(e) qui tire les ficelles de quelque chose de sensiblement plus gros.

Mais le gros point positif de l’épisode se révèle, selon moi, être tout ce qui tourne autour du personnage de Skye. La petite minette hackeuse (Croyez-moi, moi qui vient d’un BTS informatique, il n’y a que dans les séries télés que des nanas passionnées de l’informatique sont aussi sexy !) montre enfin autre chose. L’épisode secoue le cocotier de l’équipe de Coulson, et ce n’est pas plus mal car ça permet enfin d’avoir des interactions autrement plus intéressantes entre les membres d’une équipe qui manque toujours cruellement de crédibilité.

Ma note : 6.5/10. Il faudra attendre deux semaines pour voir la suite des aventures de Coulson & cie, et donc voir si la série démarre enfin.

II. Arrow : Vive les blondes et le cuir, pas le botox.

Alors que le S.H.I.E.L.D. peine à prendre son envol, la flèche verte ne cesse de frapper en plein cœur de la cible. Soyons clair, Arrow n’est pas une série parfaite, le côté Soap et les amourettes sont parfois dérangeants, mais qu’on se le dise, globalement la série est d’un très bon niveau, à l’image de ce troisième épisode qui a vu la première rencontre entre celui que l’on appelle à présent The Arrow et la femme qui porte le mieux les collants en cuir sur terre, Black Canary (Ou The Canary pour la série télé).

Nous avions laissé notre héros dans une situation mal embarquée à la fin de l’épisode deux, et autant dire que la rapidité de la résolution de cette situation m’a surpris. L’arrivée de Black Canary permet à Oliver Queen de se sortir d’un bien mauvais pas.

Il y a beaucoup de choses à dire de cet épisode, à commencer par The Canary, justement. Brièvement aperçue à la fin du premier épisode, le personnage campé par Caity Lotz est au cœur de ce nouvel épisode. L’utilisation d’un gadget émettant des ultrasons est un très bon moyen de rappeler les pouvoirs du personnage dans les comics tout en l’adaptant à l’univers réaliste de la série.

Ce qui est beaucoup plus surprenant, par contre, c’est ce qu’il se passe à la fin de l’épisode où l’on découvre que The Canary semble avoir un lien très rapproché avec la Ligue des Ombres, et donc de Ra’s Al Ghul. Il sera donc intéressant de voir comment cette histoire va évoluer, et comment les nouvelles origines du personnage seront traitées. A noter au passage la très bonne idée des scénaristes que de faire porter au messager de la Ligue des Ombres le même costume que celui de l’Archer Noir.

Autre point positif, Roy Harper. Moi-même j’ai encore du mal à y croire tant je trouvais le personnage insipide depuis son introduction dans la série, mais il faut avouer que la tournure scénaristique prise pour le personnage lui donne enfin de l’intérêt, et donne l’occasion à Colton Haynes d’offrir enfin une performance potable.

Terminons avec LE point négatif de l’épisode : Katie Cassidy. Très souvent décriée pour son jeu d’actrice pendant la première saison (Parfois à tort selon moi), elle enchaine les prestations désastreuses depuis le depuis de cette saison 2. Ses expression faciales sont inexistantes, son visage est figé, ses joues gonflées par les injections de botox et même lorsqu’elle prend conscience qu’elle a failli mourir et que la cause de sa colère, c’est elle, elle n’est pas crédible.

Ma note : 8/10. Arrow confirme semaine après semaine que c’est une très bonne série, et les intrigues qui se développent petit à petit autour de chaque personnage laisse entrevoir que le meilleur est encore à venir.

III. The Walking Dead : Les zombies sont de retour.

Après une troisième saison passée à lutter contre le Gouverneur et où les zombies ne semblaient plus présenter une réelle menace, voilà que ce début de saison 4 ramène les morts-vivants au premier plan du rayon menace.

La série a pris un tournant de plus en plus flagrant par rapport  aux comics, déplaisant pour certains, agréable pour d’autres qui, comme moi, voient là une occasion de raconter certaines choses autrement, sans pour autant perdre en qualité.

Et même si des écarts sont fait par rapport au papier, le format télé n’en n’oublie pas pour autant sa source d’inspiration, n’en témoigne les très bonnes scènes avec les zombies qui tentent d’enfoncer les murs de la prison. L’histoire autour d’une maladie mystérieuse et foudroyante est très bien amenée et est une très bonne idée qui ne demande qu’à être exploitée.

Pour le reste, j’aime beaucoup la tournure que prend le personnage de Carol, qui a appris à s’endurcir au fil des mois passés à survivre dans un environnement hostile, et qui semble maintenant imperméable à toute forme de sentiment, tout comme la petite Beth.

Les prémices d’un angle autour de Michonne a également été aperçu lorsque le personnage a interagit avec Judith, et il faudra voir sur quoi cela débouche. Je reste sceptique à ce sujet car depuis son apparition à la télé, le personnage le plus cool de l’univers de Walking Dead n’est clairement pas au niveau de la version papier.

Ma Note : 8.5/10. Cette quatrième saison semble partie pour battre des records d’audiences, et la qualité est au rendez-vous. Que demander de plus ?

D.C. COMICS REVIEW OF THE WEEK.

Pour cette première review, j’ai decidé de m’attarder sur Batman-Superman #004 qui marque la fin du premier arc de l’histoire de Greg Pak.

Ce qui semblait, au départ, être un angle sans queue ni tête avec énormément d’incohérences et de questions sans réponses se révèle finalement être une histoire rondement bien menée et très bien écrite lorsque l’on remet en perspective les quatre numéros ensemble.

Le dessin de Jae Lee est très particulier mais donne un charme particulier à l’univers et qui colle parfaitement à cet angle qui se retrouve, au final, comme un élément fondateur de l’univers des New 52 puisque l’on y découvre pourquoi Darkseid s’est attaqué à Terre-II plutôt qu’à Terre-I par le passé.

Cet angle a également le mérite de relier beaucoup de choses, de replacer Darkseid comme une menace latente de l’univers des New 52, mais également de créer une psychologie très forte liée à l’univers partagé.

Ma Note : 8/10. Ce qui semblait au départ n’être qu’un angle sans queue ni tête se révèle finalement être une très bonne surprise et une lecture adéquat pour toute personne souhaitant se creuser la tête autour du Multiverse.

MOVIE REVIEW OF THE WEEK.

Pour la première review cinema, comment ne pas parler de Gravity qui est sortie en France ce mercredi ?

Le film est magistralement bien réalisé, c’est époustouflant. L’atmosphère est incroyable et que c’est bien écrit. Tout est fait pour garder le spectateur en haleine pendant toute la durée du film, avec une intensité présente de la première à la dernière seconde.

C’est beau, c’est bien réalisé, c’est bien écrit, c’est très bien joué, c’est Gravity. Il n’y a rien d’autre à ajouter.

Ma note : 9/10. Ce film sera à coup sûr à ranger au rayon des chefs d’œuvres, il n’y a aucun débat là-dessus.

Ma première chronique sur ce site touche à sa fin, et je reviendrai la semaine prochaine pour la suite. Je réfléchis également à l’idée de partager avec vous un projet qui me tient à cœur depuis un long moment, celui d’écrire un scénario autour de l’univers cinématographique de Batman.

D’ici là, n’hésitez pas à laisser des commentaires pour dire si vous avez apprécié ou pas.

Show's over, motherfuckers.

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail