Illustration de l'article
Actualités
Archive 9ᵉArt
par Landros - le 21/04/2014
Partager :
par Landros - le 21/04/2014

Retour sur... #3 : Les Passagers du Vent

Bonjour à tous et bienvenue dans ce troisième numéro de Retour Sur… consacré aujourd’hui à une série franco-belge toute particulière puisque c’est l’une des premières que j’ai lues de ma vie : Les Passagers du Vent de François Bourgeon.

Accrochez-vous aux cordages et tenez-vous prêt à embarquer dans une aventure historique en plein cœur du commerce triangulaire !

L'auteur

Avant de s’attarder sur la série en elle-même, je vais vous présenter François Bourgeon, qui en est le scénariste, dessinateur et coloriste. L’auteur français est né en 1945 à Paris et se dirige, dès ses études, vers un métier artistique puisqu’il intègre l’école des métiers d’Art. Après avoir obtenu son diplôme de Maître verrier, il publie ses premières bandes dessinées entre 1971 et 1975 dans divers magazines : BayardPresse, Lisette, FleurusPresse, Djin, Fripounet… Sur ses premières œuvres, il n’est que dessinateur et collabore donc avec plusieurs auteurs tels que Henriette Bichonnier et François Génin.

En 1972, il publie sa première bande dessinée, directement en album, intitulée L’ennemi vient de la mer, écrite par Cécile Romancère. Cette histoire est une pièce maîtresse dans l’œuvre de François Bourgeon puisqu’elle révèle pour la première fois son goût prononcé pour les récits marins. Quelques temps plus tard, il commence une première série avec Robert Génin au scénario : Brunelle et Colin. Celle-ci est également importante puisque son style s'affirme et l’on voit poindre les prémices des personnages de sa future série.

En 1979, il démarre Les Passagers du Vent, la série qui le propulsera sur le devant de la scène franco-belge. Pourtant, il faut bien avouer que cette dernière était un pari risqué puisque c’était la première fois que François Bourgeon endossait le rôle de scénariste. Mais le succès fut au rendez-vous, tant au niveau de la critique que du public. En 1980, il reçut le Prix du meilleur dessinateur au Festival d’Angoulême. On peut aujourd’hui très clairement affirmer que François Bourgeon était le maître de la Bande Dessinée d’aventure dans les années 1980. Selon les dires de l’auteur (je n’ai malheureusement pas trouvé d’autres infos corroborant ses propos), la série aurait été traduite en 18 langues et se serait écoulée à plus d’un million d’exemplaires par tome. Ce qui, il faut bien l’avouer, est relativement énorme.

Les Passagers du Vent

Les Passagers du Vent est une saga maritime, en 7 tomes, se déroulant au XVIIIè siècle. On y découvre les aventures d'une jeune héroïne, appelée Isa, qui traverse le monde par curiosité et par amour de l’interdit. Elle voyage principalement en navire, bien que, je vous le rappelle, à cette époque les femmes soient interdites à leurs bords ! Au cours de ses péripéties, elle rencontre Hoel, son futur époux, et bien d'autres qui formeront les personnages principaux de ce récit. De fil en aiguille, elle traverse une bonne partie de l’hémisphère nord pour fuir les autorités françaises et britanniques. Une des qualités majeures de la série est de faire de l'héroïne une femme intrépide et indépendante, ce en quoi elle se démarque de la BD de l'époque qui foisonnait de héros masculins.

Sur la forme, la série est magnifiquement dessinée par François Bourgeon, qui prouve ses qualités d’illustrateur de talent. De plus, l’ensemble des tomes est bien rythmé et jamais on ne s’ennuie à leurs lectures.

Outre le fait de dépeindre une passionnante histoire d'aventure la série aborde de nombreux thèmes : amour, amitié, mais également trahison, perte de l'être aimé et désespoir. Mais la véritable force du récit est de s’ancrer dans l’histoire avec un réalisme très impressionnant ! En effet, le contexte abordé ici est celui du colonialisme, du commerce triangulaire, de la traite négrière. François Bourgeon est particulièrement bien documenté sur le sujet et chaque élément historique est approfondi au maximum. La vie à bord des navires, mais également sur terre en France, en Angleterre, en Afrique ou dans les Antilles, est particulièrement bien retranscrite. De plus, l’auteur ne se limite pas au superficiel et sensationnel et possède au contraire un regard intéressé et intéressant sur le sujet. Par exemple, il évoque dans son récit aussi bien les points de vues des esclavagistes que des abolitionnistes et ne tombe pas dans le manichéisme.

C'est d'ailleurs pourquoi le réalisme historique de la série a été salué par presque tous les historiens qui s'y sont interéssés.

À noter que 25 ans après, une suite en deux tomes, écrite par l’auteur, fut publiée. L‘arrière-petite-fille d’Isa, appellé Zabo, rencontre son arrière-grand-mère au cœur de la guerre de Sécession, entre La Nouvelle-Orléans et le Mississippi. Cette suite, à mon avis, ne présentait pas un intérêt fondamental et fait perdre au 5ème tome, toute la poésie de sa dernière planche.

En bref, Les Passagers du Vent est une série d’aventure sur fond de colonialisme et de commerce triangulaire. Un récit juste, très bien documenté, avec des personnages attachants, et qui j’en suis sûr vous apprendra plein de choses sur cette période historique. Aujourd’hui, la BD d’aventure est quelque peu passée de mode, mais resituez la saga dans les années 1980 et vous comprendrez à quel point c’est une réussite. 

Je vous donne rendez vous le mois prochain pour un nouveau numéro de Retour Sur..., d’ici là n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ci-dessous ou sur mon twitter. Portez vous bien !

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail