Illustration de l'article
Critiques
par Thomas Mourier - le 8/06/2021
Partager :
par Thomas Mourier - le 8/06/2021

Fausses pistes : les difficiles vies d’une légende de l’Ouest

Au cœur d’un western anachronique et peuplé de mythomanes (mais quel western ne l’est pas), imaginez un monde où tout le monde à un avis sur tout, où chacun se permet de donner des leçons aux autres avant de regarder ses propres contradi… Wait a minute…

Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle

Voyage initiatique et intimiste au Far West, anthropologie ludique de la bêtise humaine (à bord d’un bus), randonnée dans le désert, entre cactus et préjugés… ce nouveau livre de Bruno Duhamel se joue des codes du western pour nous proposer un conte très ancré dans notre époque. Dans les bottes — ou à côté— de l’un des derniers cow-boys de l’Ouest, découvrez ce one-shot de 80 pages, à la fois drôle, malin et sensible.  

Jake est marshal depuis 15 ans et rejoue tous les jours la même scène au Dead Horse Corral : il incarne une légende de l’Ouest pour tous les touristes de passage et complète cette activité par à reprendre ses collègues sur les détails historiques. Être marshal est une activité à plein temps même au XXIe siècle. Et son temps, il l’a fait : Jake ou plutôt Frank de son vrai nom, est viré. Trop vieux, trop instable pour continuer à jouer au marshal, son patron lui conseille de faire comme son personnage : de se réinventer. 

Frank est une belle âme, un peu paumée, qui s’accroche à son travail d’acteur et de gloire locale pour éviter la réalité. Un homme qui s’appuie sur le passé pour affronter le présent et se retrouve démuni sans cette armure de fiction. En guise de cadeau de départ, ses collègues lui offrent un voyage organisé dans l’Ouest presque sauvage, entre La Vallée de la mort et Las Vegas, du Grand Canyon à Monument Valley.

Un voyage initiatique moderne 

Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle

Fausses pistes s’amuse de nos contradictions, à travers un individu qui a du mal à trouver sa place. Il va découvrir dans ce bus, un concentré du genre humain : chaque personnage est un archétype, un reflet de notre époque, au cœur du désert préservé de la modernité.

Entre beauté sauvage & hyper-capitalisme, entre croyances mystiques & fanatisme politique, entre folklore indien & réalité indigène, le western s’invite au présent dans ces étendues de sable et de roches. Un endroit encore sauvage, à quelques heures de l’hyper-urbanisme de Las Vegas qui symbolise les états émotionnels de Frank, piégé entre le présent et le passé. 

Quelque part entre les livres de Lucky Luke et ceux Carlos Castaneda (même si les fans de Blueberry savent que les cow-boys et la drogue peuvent faire bon ménage ou presque) ce personnage de Far West moderne se cherche et explore des zones habituellement plus taboues pour sa morale. Car cette quête intime touche aussi des thèmes comme la solitude, la vieillesse ou l’amour.

Son départ du corral et de son emploi a marqué la fin des illusions, et il va poursuivre son voyage initiatique aux côtés d’une jeune guide mexicaine, d’un chamane véreux et d’un pisteur indien qui prend des cours sur internet. 

Des mythes et des mythos 

Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle

Si vous avez feuilleté le livre, vous avez forcément repéré l’avion qui passe derrière notre cow-boy en 4e de couverture ou les références à des menteurs de légende comme les Dalton qui ont réécrit leur histoire ? L’album s’attaque aux croyances, aux fakes news, aux gens qui ont un avis sur tout, à l’appropriation culturelle…

Si Las Vegas est la ville du paraître par excellence, les personnages apprennent à leurs dépens qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Avec beaucoup d’humour, dans ce western revisité, l’auteur s’amuse de la polysémie de ces fausses pistes en jouant sur des contrastes graphiques de cow-boys dans un environnement moderne, de clichés détournés, d’idées reçues maltraitées… tout cela avec les codes du western : le genre du mythe et de la légende par excellence. 

Les décors sont envoûtants, des cartes postales du Grand Canyon à cette plage mortelle et si graphique de la Vallée de la mort. Le trait de Duhamel travaille sur le réalisme, comme s’il était presque pris sur le vif, avec à la fois un travail de détail et de simplification qui dément cette première impression. Au milieu, les personnages ont hérité d’un quelque chose de la bande dessinée belge, un goût pour les visages qui ont quelque chose de caricatural, mais dont les regards et mouvements ont une approche plus réaliste.  

À la suite de ses précédents albums Nouveau Contact, Jamais ou Le Retour, Bruno Duhamel continue son exploration de la bêtise sous toutes ses formes. À chaque fois, on y trouve un.e héro.ine solitaire, une forte tête obsédée et pourtant lucide qui se débat dans notre monde plein de contradictions. Une manière d’explorer l’absurdité de notre époque, cette pression de la réputation propre aux réseaux, la bien-pensance, les croyances populaires et les avis tranchés. Le tout, à la lumière de personnalités à contre-courant avec une bonne dose d’humour pince-sans-rire ou de satire féroce, dans des paysages de rêve. 

Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle


Illustrations : © Bruno Duhamel / Grand Angle

Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle
© Bruno Duhamel / Grand Angle
Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle
© Bruno Duhamel / Grand Angle
Fausses pistes de Bruno Duhamel, Grand Angle
© Bruno Duhamel / Grand Angle
Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail