Illustration de l'article
Critiques
par Thierry Soulard - le 5/02/2021
Partager :
par Thierry Soulard - le 5/02/2021

GoSt 111, de Mark Eacersall, Henri Scala et Marion Mousse

Gost111, c’est un polar ultra réaliste qui fait plonger dans le monde des informateurs de la Police. Co-écrit avec un vrai commissaire de Police, ce roman graphique étonnant et bourré de tension tient son lecteur en haleine. Un beau succès, récompensé par le Fauve du Polar d’Angoulême en 2021.

Gost111, de Mark Eacersall, Henri Scala et Marion Mousse, éditions Glénat

Goran vient de perdre son permis – et donc son emploi. Pas de pot pour ce père célibataire, qui vit avec sa fille qui souffre de problèmes cardiaques, et sa mère. Pour tenter de faire rentrer un peu d’argent, il accepte d’être chauffeur pour un job certes louche, mais bon, il n’est que chauffeur, après tout… Arrêté avec les autres, le voilà contraint de devenir “indic’” pour la Police, sous l’indic GoSt 111 (ou tout du moins c’est ce qu’on lui raconte). Le début d’une descente aux enfers très particulière, dans un monde où tout le monde manipule tout le monde.

Scénario hyperréaliste et choix graphiques tranchés

Côté scénario, GoSt 111 a tout ce qu’il faut. Des personnages très crédibles et très humains, qu’ils soient flics ou truands. Une histoire bourrée de tension, avec un personnage qui par nécessité met le doigt dans un engrenage qui très rapidement lui arrache le bras. Un “héros” qui paraît d’abord subir, mais qui peu à peu se rend compte qu’il garde une certaine marge de manœuvre, et peut lui aussi manipuler ceux qui pensent le manipuler. En bref, une très bonne histoire, réaliste à tous les niveaux, mais aussi suffisamment hors-norme pour sortir du lot – l’imbrication des manipulations étant ici particulièrement osée.

Côté dessin, le choix graphique est tranché: le dessin de Marion Mousse est beaucoup plus expressif que réaliste. Un choix qui permet une distanciation bienvenue du réel, et renforce paradoxalement le réalisme de l’ensemble. Ici, pas de dessin qui essaie d’imiter la réalité pour nous faire passer une histoire hollywoodienne, mais au contraire, un trait tout en clair-obscur qui est là pour révéler la profonde crédibilité du fond, tout en laissant la place à la fiction.

Le résultat: un roman graphique très réussi, qui ravira les fans de polar – et tous ceux à la recherche d’une BD où l’humain sous toutes ses facettes transpire à travers les pages.

GoSt 111, de Mark Eacersall, Henri Scala et Marion Mousse, Glénat


Illustrations © Mark Eacersall / Henri Scala / Marion Mousse / Glénat

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail