Illustration de l'article
Critiques
Archive 9ᵉArt
par Elsa - le 21/09/2015
Partager :
par Elsa - le 21/09/2015

Tungstène, la critique

L'éditeur Çà et Là publie le polar explosif d'un auteur à suivre de très près : Marcello Quintanilha.

Une journée comme les autres à Salvador de Bahia.

À quelques mètres du rivage, deux hommes pèchent à l'explosif. M. Ney, militaire à la retraite et Cajù, un petit dealer, sont témoins de la scène. Si le second voudrait passer à autre chose, l'ex-sergent s'emporte, bien décidé à ce que justice soit faite. 

L'engrenage est lancé, accélérant tour à tour le rythme cardiaque de plusieurs personnages impliqués les uns après les autres dans cette histoire, en même temps qu'ils doivent gérer leurs soucis personnels.

Auteur virtuose.

Marcello Quintanilha signe avec Tungstène un polar bluffant. Au départ, il ne se passe pas grand chose : deux hommes pas très respectueux de l'environnement et de la loi pèchent. Mais les caractères des uns et des autres, brillamment mis en scène par l'auteur, entrainent une montée en tension captivante. Vous risquez bien d'être accrochés à cette bd de la première à la dernière page.

Dans un puzzle très bien construit, il nous présente ses personnages à travers le fil de leurs pensées, entre réflexions sur le présent et souvenirs. Comme un témoin omniscient de toute l'histoire qui porterait tour à tour son attention sur l'un ou l'autre. Chacun avait des plans pour la journée, mais cet élément déclencheur va bousculer leur programme.

Difficile de vous en dire plus sans gacher le plaisir, mais ce polar témoigne d'une réelle virtuosité d'écriture et de mise en scène chez cet auteur qui, entre les lignes, nous fait aussi visiter Salvador de Bahia, au Brésil, lieu où se déroule l'action. Les qualités de ce récit entrainent aussi un bémol : il faudra rester vraiment attentif dans sa lecture pour garder le fil, et profiter de toute la tension qui y règne. Tout en étant finalement assez anecdotique dans ses faits, Tungstène est très dense, riche d'informations, d'évènements plutôt montrés que racontés, et qui demandent au lecteur de devenir véritablement observateur de ce qui se déroule sous ses yeux.

La mise en scène est à la fois classique et assez originale, avec des planches d'une construction courante, mais des plans très réalistes, comme si on nous montrait exactement les détails, les éléments du décor sur lequel l'attention se pose. Ici, Marcello Quintanilha ne cherche pas le plan le plus efficace, mais plutôt une sensation de véracité. Avec notamment des gros plans sur les visages et des expressions très réalistes, pas forcément esthétiques mais qui apportent une force supplémentaire au récit. Plus qu'être cinématographique, Tungtsène témoigne des talents d'observateurs de Marcello Quintanilla, avec un résultat déstabilisant, mais surtout puissant et sans artifice.

En partant d'une anecdote, Marcello Quintanilha dévoile tout son talent de metteur en scène, et met le feu aux rivages de Salvador de Bahia.

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail