Illustration de l'article
Actualités
Archive 9ᵉArt
par La Redac - le 16/12/2021
Partager :
par La Redac - le 16/12/2021

Princesse Dragon, un conte moderne et une animation au POIL

Sorti hier (mercredi 15 décembre) sur les écrans, le nouveau film d’animation du studio français d’Ankama, Princesse Dragon est à la fois un beau moment de poésie visuelle et un conte qui creuse des thématiques d’actualité et des sujets intemporels. Un long-métrage pour toute la famille dès 6 ans. 

C’est la très bonne surprise de fin d’année au ciné, un beau film d’animation en 2D qui réinvente la figure du dragon avec Poil, une jeune dragonne à l’apparence humaine qui n’est que joie, énergie et surprise au cœur de la forêt. Elle va rencontrer Princesse (et son fidèle destrier) et être piquée de curiosité pour le monde des humains. Au château, on va découvrir une collection de ce que la nature humaine peut faire de mieux ou de pire et Poil va devoir sauver sa nouvelle amie puis sa famille de dragon de la cupidité des hommes. 

Si Poil vivait heureuse avec ses frères ailés Rock et Zéphyr, son père n’arrivait pas totalement à accepter sa fille à cause de sa différence ; pour l’héroïne c’est le début d’un voyage intérieur sur la quête de son identité au milieu d’une bataille médiévale pour le trésor du Dragon sénior. 

Le règne de la beauté 

Ce qui frappe dès les premières images de ce film, c’est la beauté des paysages, le soin apporté aux designs des personnages et à la mise en place de cet univers riche qui nous est immédiatement familier. 

Peut-être parce que les forêts et ses habitants évoquent les films d’Hayao Miyazaki et du studio Ghibli dans leur manière de faire vivre la nature et ne pas seulement en faire un décor. Une référence assumée pour Anthony Roux plus connu sous le pseudo de ToT, l’un des deux réalisateurs de ce film avec Jean-Jacques Denis.

Peut-être parce que les personnages nous parlent, en évoquant les contes sombres aux couleurs éclatantes comme Jolies Ténèbres des Kerascoët et Fabien Vehlmann, Pistouvi de Merwan & Bertrand Gatignol ou ​​Le Temps des Mitaines de Loïc Clément & Anne Montel. Des titres avec une part sombre sous le verni de la beauté, une veine très riche en bandes dessinées (et au passage quelques bonnes idées de lectures pour les adultes qui ont accompagné leurs enfants). 

Ou peut-être que les animateurs du studio Ankama rodés aux paysages fantastiques depuis les films Wakfu et Dofus ou aux audaces visuelles depuis le long-métrage Mutafukaz ont mis tout leur savoir-faire dans ce nouveau projet ambitieux. Le résultat est une heure de poésie visuelle, rythmée et touchante. 

Rends l’argent ! 

Au cœur de ce conte, une thématique centrale autour de cet argent qui ne ferait pas le bonheur, à travers le destin du Roi cupide d’un côté et du Dragon possessif de l’autre. Une réflexion sur ce que l’on peut faire pour l’appât du gain, mais aussi ce qui ne peut s’acheter. Un message assez bien compris par les enfants dans la salle grâce à ces deux personnages et à la mystérieuse Sorcenouille, sorcière des marais à l’origine de la naissance de Poil & ses frères.

Mais plus intéressant derrière ce canevas plutôt classique, la quête des deux jeunes héroïnes Poil et Princesse qui vont grandir à leur manière et faire des expériences différentes. Mais aussi soutenus par le personnage de la Reine, de la nourrice ou de la sorcière qui viennent enrichir cette palette de caractères et creuser — en miroir avec le Roi et le Dragon — l’amour parental, la filiation ou l’héritage. 

Des personnages féminins à l’honneur qui ne sont pas construits d’un bloc et montrent autant leurs forces que leurs faiblesses, autour de cette quête d’émancipation est l’une des grandes réussites du film avec son univers graphique. L'écriture et la réalisation s'adresse vraiment aux enfants et plait aux adultes car même sans blagues méta cachées (comme ça se fait beaucoup dans les studios Américains) le film parle aux enfants comme à des adultes. 

Un film d’animation à l’esthétique de livre illustré (qui sera justement l’objet d’un album à venir en librairie en janvier) pour un conte aux allures vintage, très moderne dans ses thèmes, qui touche juste. Une bonne idée de sortie en famille pour les fêtes et on espère un succès pour Ankama qui ouvre une nouvelle voie dans son approche des films d'animation. 

 

 

***

Thomas Mourier
Retrouvez-moi sur Twitter 
Et tous mes articles sur Bubble

 

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail