Illustration de l'article
Critiques
Archive 9ᵉArt
par AlexLeCoq - le 24/10/2013
Partager :
par AlexLeCoq - le 24/10/2013

Batman : Arkham Origins, le test

Rocksteady avait fait des merveilles en 2009 et 2011 avec Batman : Arkham Asylum et Batman : Arkham City. En cette fin d’année 2013, le Chevalier Noir revient sur consoles avec le nouvel épisode de la saga Arkham, Origins, mais cette fois-ci aux commandes des studios de Warner Bros. Montreal. Batman : Arkham Origins, un véritable épisode ou une version 2.5 ?

Le monde était persuadé que Warner Bros. Games allait annoncer à l’E3 dernier un tout nouvel épisode pour la saga Batman Arkham développé par Rocksteady et il n’en était rien puisque l’éditeur a créé la surprise en annonçant Batman : Arkham Origins. Si le nom du jeu avait fuité quelques temps avant l’officialisation, la véritable annonce venait du fait qu'un jeu était déjà en développement entre les mains des studios canadiens de Warner Bros. Montreal. Sans aucun doute pour laisser le temps à Rocksteady de peaufiner son prochain épisode qui débarquera sans aucun doute sur console nouvelle génération.



Pas besoin d’être le détective le plus perspicace de la planète pour comprendre qu’avec son surnom Origins, le jeu prend place quelques années avant les deux premières aventures. Ici, Bruce Wayne est encore jeune et inexpérimenté sous sa cape de Chevalier Noir et Gotham City voit son existence comme un mythe. Évidement, Batman est bien réel et Black Mask ne compte pas avoir un super-héros dans les pattes. Pour régler ce problème, il engage donc 8 mercenaires, dont Bane, Deathstroke ou encore Copperhead dans le but de l’éliminer. L’aventure démarre alors que Batman se rend à la prison de Blackgate pour contrer une tentative d’évasion. Malheureusement, cette introduction manque vraiment de rythme et fait pâle figure aux côtés de celles d'Asylum et City. Mais elle est vite oubliée alors que Batman fait ses premiers pas dans sa Batcave. Évidement, ce serait trop simple si Black Mask était le seul vilain au trousse du super-héros en herbe et le scénario se révèle beaucoup plus intéressant et complexe qu’il n’y parait. Un très bon point pour l'équipe de Warner Bros. Montreal. Et le Chevalier Noir ne sera pas seul dans sa quête puisqu’il sera aidé, entre autres, par son fidèle majordome, Alfred, qui ne sera pas toujours en accord avec les méthodes musclées de son fils d’adoption.
En effet, Bruce Wayne manque encore cruellement de savoir faire dans Origins, ce qui rend le personnage beaucoup plus brutal que jamais. Le héros perd le côté chirurgical qui lui est propre et c’est assez appréciable de le voir un peu plus maladroit qu'à son habitude au point de faire perdre conscience à un malfrat en plein interrogatoire ou de foncer tête baisser dans un piège plutôt évident.



Dans sa construction, le jeu est vraiment identique à Batman : Arkham City et la différence majeure entre les deux vient du fait que la carte passe du simple au triple proposant beaucoup plus de surface à survoler. Il est d’ailleurs possible de passer plus rapidement de zone en zone à l’aide du Batwing. Encore une fois, le joueur est libre de ses mouvements et peut se balader en ville comme enchaîner les missions. Une chose est sûre, il n’y aura pas le temps de s’ennuyer car les équipes montréalaises ont bien compris que ce qui faisait la force des Batman Arkham était de proposer beaucoup de contenu au joueur. Il s’agira de suivre la trame principale, d’essayer de contrer Anarky ou encore de trouver des éléments planquées un peu partout dans la ville par ce cher Edward Nigma, qui ne pouvait rater cette occasion pour venir enquiquiner Batou. Une nouveauté assez secondaire vient se greffer dans tout cela puisque des évènements aléatoires apparaissent ici et là alors que Batman survole la ville mais il s’agit toujours au final de tabasser quelques malfrats histoire de les remettre à leur place. Le système de combat est quant à lui toujours aussi jouissif et efficace avec son bouton d'attaque et de contre d’autant plus que le côté brutal du Chevalier Noir se ressent aussi dans les coups qu’il assène à ses adversaires.
Warner Bros. Montreal réussit à surprendre car si le moteur du jeu reste le même et a pris un coup de vieux depuis 2011, la direction artistique du titre est vraiment très inspirée, à la manière du relooking dont Batman avait tant besoin. Mais si Batman : Arkham Origins est aussi réussi c'est grâce à son casting VO qui est beaucoup plus appréciable que la VF. Le studio avait pour défi de remplacer Kevin Conroy, doubleur attitré de Bruce, qui était trop occupé sur le prochain jeu Arkham et Mark Hamill, ancien Joker à la retraite, et ils s’en sortent haut la main. Les nouveaux doubleurs des personnages font un véritable travail d’imitation pour ne pas dénaturer ces personnages et Roger Craig Smith, qui double notamment Chris Redfield dans Resident Evil et Ezio dans Assassin’s Creed, campe un Batman totalement convaincant tout comme le brillant Troy Baker, incroyable en Joker. Et ce n'est pas tout puisque Warner Bros. Games a aussi développé un mode multijoueur qui n’a pas pu être testé avant la sortie du jeu mais qui offre toujours de quoi augmenter la durée de vie finale du jeu à la manière du mode Challenge qui fait son retour. Pour les plus hardcore d’entre vous, il sera aussi possible de refaire l’aventure, après l’avoir terminé en New Game +, dans le mode I Am The Night qui offrira une seule vie au joueur pour tout terminer.



Batman : Arkham Origins est véritablement une bonne pioche de la fin de l’année et si on peut lui reprocher son côté un peu trop “Batman : Arkham City.5”, l’équipe de Warner Bros. Montreal a tout de même réussi à capter l’essence du Chevalier Noir et des jeux de Rocksteady pour créer sa propre aventure. Le jeu est encore une fois un bourbier rempli de clins d’oeil au fans et on regretterait presque sa communication un peu trop bavarde. Une chose est sûre, si Arkham Origins est un jeu de qualité, les yeux sont maintenant braqués sur Rocksteady et son annonce next-gen qui pourrait inclure quelques copains de la Justice League du Chevalier Noir.

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail