Illustration de l'article
Critiques
Archive 9ᵉArt
par Republ33k - le 13/09/2016
Partager :
par Republ33k - le 13/09/2016

Vador Abattu, la critique

La semaine dernière sortait chez Panini Comics l'un des premiers gros chapitres de la saga Star Wars selon Marvel, qui a récupéré les droits de la création de George Lucas depuis le rachat de Lucasfilm par Disney. Vader Down, ou Vador : Abattu dans notre beau pays, vous propose en effet le premier crossover de comics Star Wars depuis son retour dans la maison des idées. Et l'aventure vaut le détour.

Rencontre des séries Star Wars et Dark Vador initiée par un premier chapitre en forme de prologue épique, Vador : Abattu voit le seigneur noir des Sith tomber dans un piège tendu par l'Alliance Rebelle. Piégé dans son TIE Advanced X1, feu Anakin Skywalker s'écrase sur la planète Vrogas Vas, où l'attendent les troupes de la rébellion, bien décidées à en finir avec la guerre civile galactique en éliminant le bras droit de l'Empereur. Et bien évidemment, tout cela est sans compter sur les talents de Dark Vador.

Après une introduction assez spectaculaire dessinée par un Mike Deodato Jr en feu, nous voilà pris dans un survival épique qui prend le personnage de Dark Vador en sujet principal. Redoublant d'efforts pour assurer une narration stable et compréhensible d'un chapitre à l'autre de leurs séries respectives, Jason Aaron et Kieron Gillen épousent la structure d'un film Star Wars et de ses allers-retours permanents entre le camp des "gentils" et celui des "méchants".

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils maîtrisent cette structure narrative, et nous offrent ainsi une lecture très agréable, aussi fluide que divertissante, dans laquelle Vador utilise toute la Force à sa disposition, et toutes les ressources de l'ingénieux garçon qu'il était. Le résultat est assez jouissif, notamment grâce à des planches spectaculaires de Deodato Jr, qui s'entendent à merveille avec celles de Salvador Larroca, parfait pour ralentir le rythme entre deux affrontements.

Le focus sur Dark Vador, appréciable, n'empêche toutefois pas les auteurs de faire intervenir la galerie de personnages secondaires développée dans leurs séries respectives. Et on retrouvera ainsi un chasseur de prime Wookiee bien connu, ou un drôle de Mon Calamari monté sur un squelette à la Grievous. Des seconds couteaux qui donnent une vraie patte Star Wars à cette histoire très guerrière, puisque la saga s'est toujours caractérisée par des personnages secondaires savoureux, qui ne font que sublimer l'aventure principale.

Le seul vrai bémol derrière cette histoire en forme de montée en puissance restera ainsi un rythme presque trop soutenu en fin d'album, histoire de boucler plusieurs boucles et de conclure de nombreux arcs narratifs pour en amener de nouveaux. Une certaine précipation qui peut conduire à des planches moins inspirées. Qu'à cela ne tienne, l'expérience est plaisante voire jubilatoire, pour peu que vous soyez fans de la saga.

Crossover qu'on pourrait presque lire indépendamment des séries qu'il fait se rencontrer, Vador : Abattu, en dehors de sa malhabile traduction française, n'a guère de défauts. Il dépeint, dans une narration très efficace et bien tenue et à l'aide de jolies planches, une vraie épreuve martiale dans la vie de Vador, avec tout ce que cela implique en réjouissances.  Une lecture Star Wars en forme de tour de manège qui a l'efficacité d'un bon crossover Marvel.

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail