Illustration de l'article
Critiques
par Thierry Soulard - le 18/10/2021
Partager :
par Thierry Soulard - le 18/10/2021

La fille du quai, comment partir à bon port…

Conte fantastique étrange qui refuse d’entrer dans les cases, « La fille du quai » marie une histoire qui prend aux tripes, mais refuse la logique avec un trait réaliste qui dessine de façon totalement gratuite des décors oniriques. À découvrir.

La fille du quai, d'Alexine et Fabrice Meddour, éditions Glénat

Parfois, des bandes dessinées cherchent délibérément à ne pas rentrer dans les cases. C’est assurément le cas de La fille du quai.

Histoire fantastique que l’on pourrait croire écrite en duo par Maupassant et par une vieille conteuse de veillée campagnarde, La fille du quai fait tout pour perdre son lecteur.

Quel est ce monde où, sans qu’aucune explication ne soit donnée à cela, les maisons semblent sur certaines cases venir du ciel, et les squelettes de géants hanter les sous-bois, comme s’ils avaient perdu il y a bien longtemps une bataille dont tout le monde aujourd’hui se moquerait ? Quel est ce héros qui refuse de poser le pied au sol ? Quelle est cette fille légendaire, moitié ondine moitié fantôme qui semble maudire ceux qui la voit ? Quelle est cette étrange bande dessinée qui puise un peu dans les récits de cape et d’épée, un peu chez Jack l’Éventreur, un peu dans les mythes de marins ou encore dans les récits érotiques les plus sombres ?

Inclassable mais mémorable?

Inclassable, La fille du quai l’est certainement. Mais mémorable, également. Le dessin réaliste et rêveur de Fabrice Meddour donne vie à un monde qui pourrait sans problème être le nôtre, mais qu’il choisit, par des détails gratuits, de rendre autre.

Le scénario qu’il a écrit avec Alexine pourrait être entre thriller noir et conte fantastique, mais les deux plumes ont décidé d’en faire autre chose, un récit qui parfois s’égare sans raison entre les genres, parfois laisse des zones d’ombres de façon volontaire dans son intrigue, parfois choisit des modes de narration déroutants, refusant à son lecteur une histoire lisse, homogène et attendue.

Une bande dessinée qui prend aux tripes

Au final, La fille du quai est un objet inattendu, un récit de grand-mère qui refuse de se livrer complètement à son lecteur pour mieux chercher à atteindre son inconscient, une expérience de lecture belle et cruelle, qui s’adresse peut-être plus aux sens qu’à la logique. Une curiosité qui nourrit les yeux et les tripes plus que le cerveau. Une bande dessinée à découvrir, à tester, à détester peut-être, ou au contraire à adorer.

quai, d'Alexine et Fabrice Meddour, éditions Glénat
© Alexine / Fabrice Meddour / Glénat

La fille du quai, d’Alexine et Fabrice Meddour, Glénat


Illustrations © Alexine et Fabrice Meddour / Glénat

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail