Illustration de l'article
Édito
par Thomas Mourier - le 13/05/2022
Partager :
par Thomas Mourier - le 13/05/2022

Témoignage inédit sur la création d’une bande dessinée. Djemnah —ép.3

Comment un scénario aboutit en album ? Comment rencontre-t-on un dessinateur ? Quelles sont les étapes pour séduire un éditeur ? Des auteurs dévoilent TOUTES les étapes de la création de leur album.

Philippe Donadille & Patrice Réglat-Vizzavona ont documenté (à l’écrit, en dessin et en vidéo) chaque instant de la fabrication de leur livre Djemnah, les ombres corses à paraitre chez Delcourt ; de l’idée à l’imprimerie, en passant par la négociation avec l’éditeur, la fabrication de la couverture, le choix du papier ou la documentation. La BD comme vous ne l’avez jamais lue !

Dernière étape de ce cheminement dans les carnets des auteurs de Djemnah, les ombres corses pour en découvrir les coulisses. Si vous arrivez ici sans avoir lu l’épisode 1 & 2 vous pouvez cliquer ici. 

Vous ne trouverez pas ce journal de bord ailleurs, ni sur le web ni dans l’album, les auteurs et l’éditeur nous ont fait l’amitié de nous les confier ici pour vous en faire profiter. N’hésitez pas à partager cet article et à nous faire part de vos impressions en commentaire. 

✍️ Pour naviguer dans les carnets de bord de l’épisode 1 :
Planches finales et couverture
Finalisation de l’album

HISTOIRE VRAIE DE LA CREATION D’UNE BANDE DESSINEE 

Par Philippe Donadille, scénariste

Chapitre 10 : Planches finales et couverture.

«  Patrice s’est lancé dans la réalisation des planches finales en couleur directe dès novembre 2020, avant même que la totalité des crayonnés soit validée.

Le voyage en corse lui a permis d’apprivoiser les couleurs des décors avec sa palette. Les quelques aquarelles qu’il a réalisées sur place ont restitué d’une manière de plus en plus fidèle les tonalités des lieux. La pierre, la végétation, la mer, les ruelles ensoleillées ou envahies par la nuit… Patrice a travaillé ses mélanges et dressé une liste pour pouvoir ensuite insuffler tout ça à ses planches. La recherche du « vert-de-gris » des pierres qui composent les murs du village ne fut pas simple, mais en quittant Ogliastro, Patrice l’avait captée. Il ne fallait donc pas trainer au retour de Corse pour se lancer dans la réalisation des planches finales. Il se lance en débutant par la planche 60 qui est alors la planche la plus éloignée du début dont le crayonné ait été définitivement validé par nos discussions à trois.

Patrice veut réaliser les planches finales de la fin vers le début : des crayonnés les plus aboutis de la fin, vers ceux plus hésitants du début. Il nous livre les planches par lot de 10. De 60 à 51, puis de 50 à 41…  Pour moi c’est un émerveillement renouvelé à chaque nouvelle salve. Ce récit que j’ai porté avec conviction est en train de naître dans sa version finale, et je trouve le travail de Patrice très enthousiasmant. Ma plus grande satisfaction ? J’ai le sentiment que c’est l’album que je voulais qui est en train de se faire. Malgré les nombreuses discussions, les changements, les évolutions, le projet de départ a gardé son intégrité.

Début mai 2021, 30 planches sont terminées. Seule une d’entre elles (qui était alors finalisée) a nécessité de nouvelles discussions qui ont abouti à la révision du crayonné. Jusqu’au bout Patrice se pose de nombreuses questions pour s’assurer que tout fonctionne dans ses planches. Une attitude du héros Ange l’a interpelé, et il a raison, il fallait la revoir.

Après 30 planches, Patrice est maintenant à l’aise avec sa palette de couleur pour l’album. Il décide donc de s’atteler à la couverture dans les premiers jours de mai 2021. Un crayonné a été validé avec l’éditeur dans les semaines précédentes.

© Philippe Donadille / Patrice Réglat-Vizzavona

Deux concepts avaient été travaillés :

  • Le premier plus classique et onirique présentant un des personnages secondaires du passé, la robe prise dans le vent, à la poursuite du feuillet-fil rouge qu’une bourrasque emporte.
  • Le second plus encré dans le territoire et mettant en valeur les héros du présent qui arpentent un chemin à flanc de montagne avec la mer en arrière-plan.

C’est le second qui est retenu. Lui-même connait 3 ou 4 variations, en particulier au niveau de la gestion des ombres. L’ombre d’un arbre sur l’un des personnages peut amener le lecteur à s’interroger sur la part d’ombre de ce dernier. Mais une autre version projette l’ombre d’un rapace sur le chemin, comme le symbole de l’ombre de Napoléon planant sur le récit.

C’est le premier qui est retenu. Le rapace passe en 4ème de couverture, car l’image de la couverture court sur les 2 pans de l’album. De face : les héros du présent et la mer, de dos : le village théâtre des événements, et des personnages du passé.

Rendez-vous est pris le 1er mai 2021 pour lancer la réalisation de la couverture, Patrice au dessin et moi derrière la caméra. Nous souhaitons immortaliser cette étape cruciale et symbolique sous forme d’une vidéo, qui alterne time lapse et montage plus classique. Ce sera un outil de plus pour la promotion de l’album.

Patrice a déménagé et travaille à présent dans un atelier du sud de la France. Je m’y rends, plein d’impatience pour le travail que nous allons accomplir, mais également, car je vais pour la première fois tenir dans mes mains les planches finales de l’album (en tout cas les 30 qui sont déjà réalisées.)

C’est évidemment encore plus beau en vrai qu’en version numérique. Ne serait-ce que du fait de la taille des planches, plus grande que la version qui sera imprimée au final. C’est aussi légèrement différent de la vision que j’en avais, car une fois la planche réalisée et scannée, un traitement numérique est appliqué pour optimiser le fichier qui sera imprimé. Les planches présentent une colorimétrie plus douce. Elles sont superbes. Des galeristes ont déjà fait part à Patrice de leur intérêt pour les planches de Djemnah. Une ou plusieurs expositions seront sans doute possible.

© Philippe Donadille / Patrice Réglat-Vizzavona

La réalisation de la couverture est pour moi l’occasion de voir Patrice travailler concrètement. Son choix s’est porté sur un papier dont on percevra le grain une fois l’album imprimé. Il nourrissait quelques doutes à ce sujet, mais personnellement je trouve cela très bien. Cela renforce le côté couleur directe, dessin à la main. Il immerge sa planche dans l’eau, puis il la tend sur un cadre de sa confection. L’immersion permet, une fois séchée d’éviter qu’elle ne gondole quand on applique l’aquarelle.

Il applique ensuite les valeurs par couches successives (très surprenant pour moi le néophyte…), puis finit par le noir. Il n’y a pas d’encrage. L’aquarelle au noir et les couleurs définiront les contours. Il a éprouvé sa technique depuis les planches qui avaient été réalisées pour le dossier destiné à trouver un éditeur. Pour cette raison, et aussi, car la palette de couleurs a évolué, la totalité des planches du dossier seront refaites.

La couverture prend ainsi naissance sous l’œil de la caméra. Au final la réalisation prendra trois jours. Le travail étant de plus en plus pointilleux et précis pour atteindre le résultat final. Vient ensuite le traitement numérique pour placer le titre et les mentions (auteur, sous-titre), en couverture et sur la tranche. Plusieurs essais sont menés, et nous nous arrêtons sur une version manuscrite, avec un lettrage à l’ancienne.

Wandrille propose également une idée pour la 4ème de couverture. Il demande à Patrice de traiter les personnages du passé comme s’ils étaient sur une « photo ancienne » qui s’insère dans le graphisme de la couverture. C’est assez réussi et bien vu, car cela indique de manière subliminale qu’il y aura des flash-backs dans l’album, ou tout du moins cela évoque que le passé aura sa place dans le récit. La couverture est ensuite envoyée au studio graphique de Delcourt qui finalisera le fichier en accord avec la charte de la maison d’édition.

Chapitre 11 : Finalisation de l’album.

Patrice continue à livrer les planches par salve de 10. On pourrait croire qu’à ce stade les discussions sur le scénario et les dialogues sont achevées, mais non, elles continuent. Les planches finalisées font parfois apparaitre des interrogations qui occasionnent quelques ultimes remaniements, souvent minimes.

© Philippe Donadille / Patrice Réglat-Vizzavona

Début décembre 2021, Wandrille nous adresse le premier email qui évoque le lancement. Une première date est évoquée : le 1er juin 2022. Elle est ramenée au 25 mai 2022 quelques semaines plus tard. Wandrille évoque les actions à mener pour préparer ce lancement… Au-delà de l’album, il y a encore un peu de travail… Mais l’équipe va s’élargir puisque pour cette partie la maison Delcourt va mettre quelques ressources au service de l’album : création d’un mock-up de la couverture, création d’une couverture animée… Wandrille évoque les réseaux sociaux, les salons, et notamment celui de Bastia… (malheureusement trop tôt par rapport à la date de sortie).  Il va falloir organiser et planifier tout ça. 

En décembre 2021 Patrice achève les planches. Nous recevons donc pour les fêtes de fin d’année l’album dans son intégralité pour une relecture complète. De mon côté j’ai monté toutes les petites séquences vidéo que nous avions tournées lors du voyage d’octobre 2020 en corse. Au final nous avons une petite web-série de 8 épisodes (de 2 à 3 minutes chacun) qui évoque la création de Djemnah, les ombres corses. Elle sera disponible via plusieurs canaux (et notamment en association avec le présent carnet de bord sur Bubble).

Wandrille fait une présentation de l’album aux équipes Delcourt et rencontre un franc succès, les équipes semblent y croire ! Il a obtenu de Guy Delcourt que la couverture de l’album soit en papier Wibalin qui donnera l’impression que Patrice a peint à même la couverture. Le tirage initial sera de 8000 ex.

Le 25 janvier 2022 le chemin de fer de l’album est arrêté :

108 pages nécessaires au total : 

  • 2 faces vierges (collées sur les gardes)
  • 2 faces titres
  • 100 faces BD
  • 2 faces citation (remerciements au verso) 
  • 2 faces colophon 

Ce qui donne

  • 7  cahiers = 112 faces 
  • Donc 4 faces additionnelles + gardes 

Pour le remplissage de ces 4 faces additionnelles : 

  • 1 double page : texte ou je démêle « le vrai du faux » avec des dessins d’après nature réalisés lors du voyage de repérage à Ogliastro, et des photos.
  • 1 Double page : texte de Patrice sur sa propre histoire, parallèle à celle du héros de l’album, accompagné également d’images d’illustration.
© Philippe Donadille / Patrice Réglat-Vizzavona

Pourquoi 100 faces BD alors qu’il n’y a que 95 planches ? Car le récit est coupé en trois parties dont chacune fait l’objet d’une page titre dessinée par Patrice (auxquelles il faut ajouter des pages blanches). 

Wandrille propose plusieurs versions de colorisation pour les gardes. L’idée est d’avoir des couleurs de garde estompées pour contrebalancer les couleurs plutôt vives de l’album. Tonalité violette, tonalité bleue, ou choix du Noir et blanc à tendance sépia. C’est au final le bleu qui l’emporte.

En février Wandrille a sa première réunion avec les services marketing, un premier plan com est initié. Patrice et moi-même sommes mis à contribution pour proposer des idées qui viendront compléter celles des équipes Delcourt.

Patrice s’est entendu avec la galerie Huberty & Breyne pour une exposition des planches originales du 2 au 18 juin à Paris. Un vernissage sera organisé le 2 juin.

Je ne me fais pas d’illusion, je sais pertinemment que pour tous les événements de sortie de l’album : expos, séances de dédicaces, c’est avant tout le dessinateur qui sera sollicité. J’espère juste me glisser par la porte de temps en temps, pour tenter de capter le retour des lecteurs.

En février également Wandrille propose le présent carnet de route au rédacteur en chef de 9emeArt.fr sur Bubble, Thomas Mourier. Ce dernier accepte l’idée et réfléchit à un mode de présentation qui aboutira à ce que vous êtes en train de lire : une belle mise en lumière du travail que toute l’équipe a mené autour de cette aventure.

Delcourt décide d’imprimer un pré-tirage d’une trentaine d’exemplaires de l’album pour pouvoir le proposer à des contacts clés très ciblés (libraires, presse…). Le bouclage de cette pré-impression se fait le 15 mars. Dans les jours qui précèdent, Wandrille, Patrice et moi-même ajustons à nouveau des détails (place/taille de bulles, ultimes corrections de texte très ponctuelles).

Nous travaillons sur le texte de la 4ème de couverture. Classiquement on y trouve un genre de résumé/teaser de l’album. Mais je ne suis pas fan de cette idée, j’ai peur que l’on en dise trop, ou qu’on affadisse l’histoire en la réduisant à 4 lignes. Je propose de plutôt utiliser des citations de l’album qui dévoilent sans trop dire, et qui ont tout de même cette fonction de « teaser ». Au final on retient deux échanges entre personnages, que l’on mixe (on triche un peu…).

Le 7 avril 2022, les fichiers finaux de l’album sont envoyés chez Lesaffre en Belgique pour l’impression. Jusqu’à la fin on a mené des corrections. In extermis Patrice a même ajouté un dessin pour éviter une page blanche de trop en début de livre. Une fauvette sarde tenant en son bec une brindille d’immortelle… L’immortelle, une des odeurs typiques du maquis corse. Mais le 7 avril, cette fois, c’est bien fini pour le contenu, on ne peut plus rien changer. Nous recevrons des vidéos de l’impression des planches deux semaines plus tard. L’album sera bientôt entre nos mains…

Les premières dates de dédicaces s’organisent, des librairies souhaitent nous recevoir à Bastia, Ajaccio, Lyon, Alès, Arles, Bruxelles… 

Les relations presse se mettent aussi en place. Un premier entretien se fait mi-avril pour un dossier que CaseMate va consacrer à Djemnah. Un de ces fameux dossiers où le dessinateur commente certaines de ses planches. J’ai lu tant de dossier de ce type dans CaseMate. Je vis le fait d’y figurer à mon tour comme une petite victoire. 

Mais la vraie victoire viendra si l’album plait aux lecteurs… On ne va pas tarder à être fixés… tic tac, tic tac, le temps passe vite. 6 ans et demi se sont écoulés depuis le début du projet, et dans 3 semaines, l’album sortira… On croise les doigts ! »

Si vous arrivez ici sans avoir lu l’épisode 1 & 2 vous pouvez cliquer ici.
Rendez-vous ici pour découvrir l’album qui sort le 25 mai 2022

📲 Suivre Philippe sur Instagram
📲 Suivre Patrice sur Instagram


Toutes les illustrations, textes et photos sont © Philippe Donadille / Patrice Réglat-Vizzavona / Delcourt

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail