Illustration de l'article
Incontournables
par Thomas Mourier - le 8/06/2018
Partager :
par Thomas Mourier - le 8/06/2018

Batman : le chevalier noir

Ce super-héros n’est pas doté de pouvoirs. De détective masqué, il rejoindra les plus grands héros et comptera même parmi les plus puissants, capable de neutraliser Superman si besoin…

Créé par Bob Kane & Bill Finger en 1939, The Bat-Man se présente au départ plus comme un Sherlock Holmes masqué et va évoluer progressivement en se dotant de gadgets. Aujourd’hui, impossible de l’imaginer sans batmobile, batcave ou l’aide d’Alfred, le majordome attaché à la famille Wayne.
Le Joker et Catwoman sont là, presque depuis le début, Robin arrive rapidement et le ton se rapproche plus du genre super-héroïque. Il rencontrera d’autres héros, collaborera régulièrement avec Superman. Il fondera la Justice league of America qui regroupe les super-héros les plus importants, mais ce sera après la version noire d’un Batman usé et vieilli par Frank Miller, The Dark Knight en 1986 puis le reboot de Frank MillerDavid Mazzucchelli Batman : Année Un à la fin des années 80 qu’il acquerra la stature et l’aura qu’il a aujourd’hui.

Alors, comment se déroule la visite de la batcave ?

Comme pour Clark Kent, les aventures masquées de Bruce Wayne ont fait l’objet d’une Batman — Anthologie pour vous repérer avec une quinzaine de récits choisis (vous pouvez lire en parallèle, celle du Joker aussi. On a là l’un des meilleurs badguy de tous les temps !)

Commencez par Batman : Année Un de Frank Miller & David Mazzucchelli qui offre les fondations du Batman moderne tout en le plongeant dans le noir (et avec l’un des dessinateurs les plus innovants sur le titre)

Enchaînez sur The Killing Joke écrit par Alan Moore et dessiné par Brian Bolland où on découvre un Batman au bord de la folie poussé par le Joker qui a eu une de ses pires idées… Une des œuvres qui a poussé le titre dans ses pires retranchements avec le destin de Barbara Gordon.

Puis Batman — Un Long Halloween de Tim Sale & Jeph Loeb qui a le double avantage de présenter une enquête policière et de présenter tous les méchants de Gotham City en interrogatoire, séance de rattrapage garantie. Tim Sale est un dessinateur trop rare qu’on aimerait voir plus souvent (le duo récidivera avec Amère Victoire)

Batman White Knight de Sean Murphy a été la série la plus prisée de ses dernières années où le Joker se place comme le sauveur de Gotham et arrive à faire enfermer Batman avec la complicité d’Harley Quinn qui joue un de ses meilleurs rôles.

Plus expérimentaux,  le très graphique et malsain Arkham Asylum de Grant Morrison & Dave McKean. Batman se plonge dans l’asile où sont enfermés ses pires ennemis et on assiste à un duel schizophrène au milieu de peintures incroyables en guise de planches.

Petit pas de côté avec un Batman sans Batman, Gotham Central d’Ed Brubaker & Greg Rucka qui raconte la vie presque ordinaire d’un  commissariat dans la ville du Chevalier noir. Plus centré sur des sujets de société, il incorpore la mythologie du héros sans le faire intervenir.


Illustration principale : © Neal Adams / DC Comics / Urban Comics

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail