Illustration de l'article
Critiques
par Lise Famelart - le 14/01/2022
Partager :
par Lise Famelart - le 14/01/2022

New love new life, retour dans l’épuisant monde du travail au Japon

En 2020 Kana publiait First job new life, une chouette série sur le monde du travail au Japon par Nemu Yoko. Deux ans plus tard, sa préquelle New love new life débarque à son tour chez l’éditeur. Et c’est tout aussi savoureux !

Momoko est graphiste. Maintenant qu’elle a fini ses études, elle se met à la poursuite de son rêve : exercer ce métier dans une super entreprise ! Quand elle décroche enfin un job, elle se voit déjà réaliser de beaux visuels artistiques. Sauf qu’elle n’a pas compris que l’entreprise qu’elle vient d’intégrer est spécialisée dans les pachinko, ces machines à sous très populaires au Japon…

Et ce n’est pas la seule mauvaise surprise que Momoko va devoir affronter : entre les horaires impossibles qui l’obligent parfois à dormir au bureau, les collègues qui se baladent en caleçon et son copain qui fricote avec une autre, son arrivée dans le monde professionnel va être particulièrement mouvementée…

Quel plaisir de retrouver Nemu Yoko avec cette nouvelle série ! Si New love new life arrive en France après First job new life, cette série fut en fait publiée en premier au Japon. Les fans attendaient donc avec impatience sa publication en France.

L’autrice dépeint avec brio le monde du travail au Japon, sans faire de concession mais sans partir non plus dans le mélodrame. On ressent le découragement des personnages, mais aussi leurs moments de joie et de rire. Et bien sûr, il y a les intrigues romantiques !

Dans First job new life déjà, Nemu Yoko mêlait sa représentation du monde du travail à une romance trépidante au sein de l’entreprise, qui formait un fil rouge très intéressant pour la série. Rebelote pour New love new life. En fait, la recette est quasiment la même : une jeune femme débarque dans l’entreprise, et découvre les affres de la vie professionnelle et amoureuse. Pourtant, la formule marche toujours !

C’est peut-être dû au fait que First job new life ne compte que quatre tomes : une fois la lecture terminée, on en redemande. Pour ne rien gâcher, on retrouve le trait à la fois esthétique et très épuré de l’autrice, qui rend la lecture de ce premier volume encore plus savoureuse. Un vrai bonheur pour cette rentrée !

New love new life de Nemu Yoko, Kana

Traduction : Misato Raillard


Images © Nemu Yoko / Kana

© Nemu Yoko / Kana
© Nemu Yoko / Kana
© Nemu Yoko / Kana
Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail