Illustration de l'article
Critiques
par Rémi I. - le 9/06/2021
Partager :
par Rémi I. - le 9/06/2021

Insomniaques, balades nocturnes avec Makoto Ojiro

Quelques pages suffisent à cette nouvelle série pour poser les bases d’une tranche de vie calme dans laquelle les personnages parcourront le monde le temps de leurs insomnies.

Quelques mois à peine après avoir conclu son précédent manga (on vous en parlait ici), les éditions Soleil enchaînent avec la nouvelle série de l’autrice. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Makoto Ojiro a fait de bons choix. Là où seule son héroïne portait l’histoire à bout de bras dans La Fille du temple aux chats, on arrive à s’attacher rapidement aux deux personnages principaux d’Insomniaques puisqu’ils ont tous les deux de la consistance. En plus, maintenant à l’aise avec les séries plus grand public (elle écrivait auparavant des titres plus osés), elle ne se sent plus obligée de montrer des paires de fesses et de forcer les positions parfois aguicheuses pour capter son lectorat.

Dans cette histoire, il est question d’insomnie, mais ce n’est pas pour ça que vous allez vous endormir à la lecture. Les deux lycéens ont beau être insomniaques, ils ont sommeil la journée. Ils se retrouvent donc un jour dans le local du club d’astronomie pour faire un somme en toute tranquillité. Cette rencontre annonce le début d’une tranche de vie mi-éveillée mi-nocturne dans laquelle ils vont apprendre à se connaître en piquant quelques roupillons le jour et en occupant leurs nuits, en faisant jaillir l’émotion avec de petits riens du quotidien. Ça, justement, la mangaka avait déjà su prouver que c’était son gros point fort… et tout semble bien parti pour fonctionner de plus belle !

Insomniaques de Makoto Ojiro, Soleil
Sortie mai 2021


Illustration principale : KIMI WA HOKAGO INSOMNIA © 2019 Makojo OJIRO / SHOGAKUKAN
Traduction : Florent Gorges

Actualités
Voir tout
Publications similaires
Abonnez-vous à la newsletter !
Le meilleur de l’actualité BD directement dans votre boîte mail